jour de grève, jour de rêve.


La grêve sévissant actuellement en France doit nous faire réfléchir..

Le travail de bureau, tout le secteur tertiaire, devrait pouvoir suivre le développement technologique et nous permettre de travailler « @ home ».

Les déplacement professionnels sont devenus extrêmement plus dommageables au bien général que ne pourrait l’être le travail à domicile:
– un transport est générateur dans le meilleur des cas d’un déplacement en bus ou en métro, dans le pire des cas, c’est une voiture particulière occupée par une seule personne qui est en mouvement.
– une place de travail impose un écran, un ordinateur, une chaise, et tout l’intendance nécessaire

Rien aujourd’hui, dans un bureau, ne peut être fait à distance aussi bien que sur place, tout n’est que question de volonté et d’organisation. Un VPN résoud le problème de l’accès aux informations, la visioconférence, même celle basique de skype permet de discuter en vis-a-vis avec ses collègue, les investissements et immobilisations pour l’entreprise peuvent être réduits drastiquement et les déplacements réccurents sont annulés purement et simplement.

Question de volonté des décideurs, certes, mais également question de discipline personnelle. il est certes difficile de concilier vie professionnelle et vie de famille si les 2 sont intimement mêlés, mais une organisation sans faille et une volonté de fer permettent de réussir ce pari. Volonté et discipline dans les 2 camps puisque le travailleur à domicile doit lui aussi imposer des règles pour ne pas se laisser submerger par les heures supplémentaires, trop faciles à réaliser et trop transparentes.

Rêvons donc ensemble d’une société ayant assimilé ce travail@home, une société ou chacun de nous ne serait pas tributaire des corporations des transports, du prix de l’essence, mais également qui n’aurait pas à subir la mauvaise humeur de la secrétaire, la mauvaise haleine du voisin immédiat ou bien encore la pression morale du petit-chef…

Que du bon donc à travailler chez soi… Les archives sont consultables via le réseau, les imprimantes sont accessibles, les mails ne subissent aucune différente d’utilisation, le telephone sera le même pour appeler votre voisin de couloir, et les dépenses inhérentes à cette délocalisation peuvent simplement être budgétées ou reportées…

A quand une véritable volonté institutionnelle pour promouvoir cette forme de travail finalement propre, écologique, citoyenne et économique ? Combien d’heures gagnées dans les transports par jour ? Combien de litres de carburant économisés sur un mois ? Combien d’accidents de la circulation évité ? Rien n’empêche un visite hebdomadaire au bureau pour tout le monde qui permet également les réunions d’équipe…

Comme toujours, le bien général étant suspendu à la bonne volonté individuelle, une période d’observation, de test et de probation est plus que nécessaire, chacun ne pouvant s’adapter à cette organiation.

Gageons aujourd’hui que chacun de vous qui lisez ces lignes se projette facilement en job@home… Chaque jour qui passe nous apporte des possibilités et le confort nécessaire à la réussite de ce défi…

Publicités
Cet article, publié dans Extrait, est tagué , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s