En déplacement


Rouler rouler rouler

Les kilomètres ont ceci de positifs qu’ils poussent à la réflexion.

Encore une fois, il est question d’évolution. Je conduis, les yeux sur la route, les 2 mains sur le volant, un troisième œil sur le GPS qui, a la seconde précise, me donne ma vitesse exacte, l’heure d’arrivée prévue, la distance encore restante à parcourir… L’autoradio débite depuis des heures la sélection musicale effectuée avant le départ et peut tenir ainsi encore 6 ou 7 jours sans répétition. Je sais dans combien de temps je vais devoir prendre de l’essence et je pourrai même (si je voulais) savoir quelle station a du carburant les 300km à venir.

Je reçois des sms et des alertes facebook qui me permettent, chose nécessaire, de connaître les occupations de chacun pendant que je conduis. Ma position exacte pourrait être transmise via facebook, et encore 3 ou 4 applis qui mettraient à jour instantanément mon statut sans rien faire, à proximité de qui je suis; mais là, on serait clairement dans un incursion intolérable de la vie privée, vous ne croyez pas ?

Je me souviens d’un temps où nous pouvions partir guillerets et ravis vers une destination lointaine juste équipés d’une carte michelin (dans le meilleur des cas), arriver à pas d’heure, sans avoir pu prévenir. La vie était finalement aussi belle, on n’avait pas plus peur der ne pas arriver. Certes, un pneu crevé ou une panne devenait tout de suite plus problématique sans téléphone portable et ceux qui nous attendaient vivaient un suspens hichtcockien.

La vie était différente, les journées certainement plus longues, peut être moins riches. Ou pas.

Je ne saurai dire quelle aspect est le meilleur…Aujourd’hui avec cette assistance de chaque instant ou hier, avec cette intensité et authenticité ???

Certaines réponses sont pour moi inconnues, mais il est indéniable que pouvoir rouler en musique, sans avoir de tunnel publicitaire ou de plage de musique calibrée et insipide, est pour moi un progrès énorme. Ne plus craindre les flashs souvenirs l’est aussi.

Et je pense sincèrement que la somme de toutes les heures passées à chercher son chemin qui ne sont plus qu’un lointain souvenir pour beaucoup doit au moins correspondre à une bonne part du PIB ou du temps passé sur facebook au bureau… Rien ne se perd, rien ne se crée, tout se transforme.

Nous gagnons ici ce que nous perdons là. Encore un effort (j’y travaille ici) et nous maîtriserons nos outils, suffisamment pour gagner tout le temps voulu que nous pourrons ainsi perdre à notre guise.

Publicités
Cet article, publié dans Réac..., est tagué , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s